Une ville mobilisée

Belle et rebelle, Mitry-Mory sait se faire entendre lorsque les droits de ses habitants sont attaqués : une stratégie de mobilisation et de fidélité à l’idéal d’un service public accessible qui se révèle souvent payante.

Pour une éducation de qualité, pour toutes et tous

En avril 2015, l’académie de Créteil décidait la double sectorisation des élèves Mitryens : les lycéens se voyaient ainsi menacés d’être inscrits au lycée Charles-de-Gaulle de Longperrier, à 1 heure de temps de trajet de leur ville, qui accueille pourtant le lycée Balzac !

Une décision absurde finalement annulée suite à la mobilisation des lycéens, parents, enseignants et personnels du lycée, et au recours de la Ville face au Tribunal administratif, qui lui a donné raison.

Avec les élèves, enseignants et personnels mobilisés du lycée Balzac

La mobilisation continue cependant auprès de la région Île-de-France, responsable des bâtiments des lycées, afin de construire un nouvel établissement sur notre secteur : en effet, le lycée Honoré de Balzac compte encore 1600 élèves pour 1200 places !

Dans les écoles aussi, la mobilisation paie : c’est ainsi qu’après la fermeture d’une classe à l’école Emile Zola à la rentrée 2017, qui portait le nombre d’élèves par classes à plus de 30, les parents, professeurs et personnels ont obtenu sa réouverture à la rentrée suivante.

Avec les parents mobilisés contre la fermeture de la 7ème classe de l’école Émile Zola

Pourtant la bataille n’est pas finie, puisque les établissements continuent de manquer de moyens, et que le gouvernement aggrave leur situation, que ce soit en s’attaquant aux emplois aidés indispensables à l’encadrement des élèves, où en créant un système scolaire de deux vitesses.

Bien que cela ne plaise pas aux représentants locaux d’En Marche, nous avons donc encore eu l’occasion de nous mobiliser avec le monde scolaire cette année !

Enfin, nous restons mobilisés auprès de l’Académie afin d’alerter sur le remplacement des professeurs empêchés, trop souvent tardif, voire oublié, où sur les besoins d’intervenants spécialisés pour les élèves rencontrant des difficultés, qu’il s’agisse des assistants de vie scolaire (AVS), où des médecins des Réseaux d’Aide Spécialisée aux Elèves en Difficultés (RASED).

Manifestation à Mitry-Mory des stylos rouge contre la réforme Blanquer et en faveur de moyens pour l’Education nationale

Pour la liberté de se déplacer

A 104 bouchée, dont le trafic se déverse en centre-ville, pannes à répétition sur le RER B dont les trains à bout de souffle manquent cruellement d’investissement … les difficultés pour se déplacer sont nombreuses sur un territoire qui accueille de nombreuses infrastructures saturées.

C’est pourquoi nous nous sommes mobilisés de longue date pour obtenir des aménagements qui amélioreraient grandement la situation : le prolongement du « barreau » de la D309 jusqu’à Villeparisis pour contourner Mitry-le-Neuf, La création d’une troisième voie sur l’A104, l’aménagement d’un route de contournement de Mitry-Bourg, où le bouclage des deux branches du RER B pour améliorer sa cadence et accéder plus facilement à l’aéroport …

Les Mitryen-ne-s remplissent la grande salle de l’Atalante pour dire non au CDG Express face au Préfet d’Île-de-France

Malheureusement, La République en Marche, soutenue par notre opposition municipale, préfère se consacrer au CDG Express. Un train privé, à 29 euros le trajet, qui doit être construit au milieu de notre plaine agricole, et qui utilisera les voies du RER B et de la ligne K en perturbant leur trafic, comme il le fait déjà en coupant à répétition des lignes du quotidien pour ses travaux.

Plus de 2 milliards d’euros y sont investi par le gouvernement, alors que le RER B attends de tels investissements depuis des décennies, et que le transport public de la ligne 17 est lui repoussé aux calendes grecques !

Une injustice contre laquelle les Mitryen.ne.s se sont mobilisés en n’hésitant pas à se retrouver pour bloquer les accès au chantier avant que les CRS ne les en délogent sans ménagement.

Blocage de l’entrée du chantier du CDG Express

Mais le combat ne s’arrête pas pour autant ! Il continue avec les associations des riverains du CDG Express et NON au CDG Express, que ce soit sur le terrain, chaque semaine, ou devant la justice, afin d’obtenir l’annulation de cet inutile gâchis d’argent public.

Et si l’on se souvient de l’augmentation du prix (+5,2 euros) du Pass Navigo par la majorité LR/UDI à la région, où de l’annulation par les mêmes organisations de la gratuité des transports scolaires que proposait le département, on voit que les sujets de mobilisation ne manquent pas pour les transports quotidiens !

Pour l’accès aux soins

Au palmarès des déserts médicaux les plus arides, la Seine-et-Marne est malheureusement bien classée, avec une moyenne de 197 médecins généralistes pour … 100.000 habitants !

Un problème que nous avons pris à bras le corps au niveau municipal avec l’aménagement de cabinets médicaux et la création d’un centre municipal de santé qui ont permis à de nouveaux médecins de s’installer en ville.

Mais de nombreux problèmes se posent encore, comme le rattachement de Mitry-Mory à l’hôpital de Jossigny, situé à 45mn de route !

Mobilisés avec les personnels de santé

Si nous avons obtenu auprès de notre intercommunalité de disposer de son dispositif de taxis communautaires pour s’y rendre, nous demandons toujours à l’Agence Régionale de Santé d’être rattachés à l’hôpital Robert Ballanger d’Aulnay, bien plus proche, et la création d’une antenne hospitalière locale dont nous avons posé la deuxième pierre symbolique en 2017, route de Claye (la première avait été posée en 2012).

Agir pour la paix internationale

La paix n’est jamais garantie, et elle doit être défendue au quotidien dans les échanges et les rencontres : Mitry-Mory le sait bien, et ne ménage pas ses efforts pour le rappeler à toutes les générations.

D’abord au travers de ses jumelages qui permettent l’organisation d’échanges continus où d’actions de codéveloppement avec ses amis de Schmelz en Allemagne, Prudhoe en Angleterre,  Loumbila au Burkina Faso, et du camp de réfugiés Palestiniens de Nahr-el-Bared au Liban.

En 2019 les représentants les villes jumelées de Mitry-Mory étaient à l’honneur de la Fête de la Ville

Avec son agenda commémoratif, la municipalité s’est également engagée en y inscrivant, dans un esprit de paix et de partage, le souvenir des massacres commis en Algérie au nom de l’Etat Français.

 

Retrouvez également :
Une ville à vivre
Une ville durable
Une ville qui protège
sit Curabitur dapibus efficitur. adipiscing eget leo Sed neque. vulputate, Donec luctus
Partagez
Tweetez